You are here

ART'DRENALINE's picture ART'DRENALINE

C’est en se rappelant d’où elle vient qu’une nation sait où elle va. Et la particularité d’Israël est que tout s’imbrique, tout se fait écho et se répond. Le passé devient notre présent, notre conscience collective est en éveille, dans un cycle continuel qui s’inscrit dans une histoire au temps et au rythme spécifique, pour nous aider à sublimer notre condition immédiate et, par là-même transfigurer notre futur ; être acteurs en pleine possession de nos actes et continuer à écrire le livre de l’Histoire.

Le 22 janvier prochain, le ministre israélien des Affaires Etrangères, qui n’est autre que Benjamin Netanyahou, présentera à Jérusalem le nouveau Mémorial dédié aux Justes parmi les Nations qui ont sauvé les Juifs pendant la Shoah. C’est l’artiste et sculptrice israélienne Zehava Benyamin qui a conçu et réalisé cette œuvre édifiante de 10 mètres de long sur 5 mètre de hauteur, installée dans la cour extérieure du Ministère, ainsi offerte à tous les visiteurs. Réalisée dans la technique particulière avec du métal repoussé, la sculpture a été pensée en hommage à l’homme, à sa richesse et à son importance, tel l’arbre posé au milieu du champ, irrigué par les eaux qui l’entourent, pour croître et à son tour donner des fruits et engendrer la vie. On peut d’ailleurs y voir sculpté le passage du Deutéronome :

« Tu ne dois pas les abattre car l’arbre du champ c’est l’homme même » (20 :19).

Reconnue par ses pairs en tant qu’artiste accomplie et possédant différentes techniques de création du dessin, à la sculpture sur bois ou sur métaux précieux (or et argent), Zehava Benyamin c’est depuis ces dernières années spécialisée dans des œuvres magistrales d’ornement d’objets de cultes, comme des portes de synagogues, des couvertures de Sifrei Torah, des Heichal, Mezouzot, ‘Hanoukkiot,… dans plusieurs communautés en Israël et à travers le monde. Avant chaque réalisation, Zehava puise dans le cœur de chaque communauté et leurs racines les plus profondes, afin de leur offrir une partie d’eux-mêmes, au plus proche de leur histoire commune.

C’est ainsi, qu’en pensant à chacun de ces hommes et femmes qui ont sauvé des vies à travers le monde, à un moment où le temps de l’homme s’était arrêté, qu’elle a voulu, à sa manière, les rendre éternels et les inscrire dans la mémoire d’un peuple, comme cet arbre enraciné dans ce champ.

Sarah Sahad
Directrice et Fondatrice de l’Agence Art’Drenaline
Productrice, Curatrice et Essayiste
(Aticle publié dans TipTop Tel Aviv n°27)