You are here

ART'DRENALINE's picture ART'DRENALINE

Peut-être que son nom ne vous dira rien, ou peut-être que vous avez déjà croisé certaines de ses œuvres au détour de certaines communautés sans savoir qu’elles étaient d’elle. Et pourtant, l’artiste Zehava Benyamin est connue et reconnue à l’international pour ses couvertures de Sifrei Torah, ses Hanoukkiot et ses décorations de synagogues, elle est devenue en quelques dizaines d’années une artiste incontournable dans l’univers de l’art Judaica.

Formée très tôt auprès de grands maîtres de la peinture, de la sculpture, de la gravure, du travail sur bois, verre, métal, ses réalisations au style reconnaissable mêlent la diversité d’approche ; Zehava combine aujourd’hui des procédés industriels et des métiers d’artisanats faits main, dans un style traditionnel à l’aspect innovant. La pensée de « design industriel comme art » ou « l'art du design industriel » est un défi qui l’amène constamment à penser la création et la fabrication de produits d’utilisation quotidiennes dans le domaine du sacré : Heikhal (armoire sainte), manteaux de Sifrei Torah, portes imposantes de synagogues, par exemple, et d’autres pièces sacrées qui resteront pour les générations. Et c’est dans les racines les plus profondes du judaïsme que Zahava Benyamin puise son inspiration pour des créations multidisciplinaires.

Ses œuvres ont été exposées dans le monde, et régulièrement l’artiste est amenée à réaliser des commandes pour des privés et des institutions communautaires – l'artiste a transformé le concept de la conception d'une synagogue dans le monde, en créant des décors uniques pour chacune des communautés d’Israël et de Diaspora. Les œuvres tiennent compte essentiellement de la structure architecturale, du design intérieur, du style des besoins de la prière et de la communauté. Toutes les techniques et les matériaux servant à l'idée centrale émettrice, puis à travers l’étude constante de l’art juif de l'Antiquité à nos jours, d’Israël et d’ailleurs, Zehava Benyamin enrichit certains motifs artistiques récurrents, tout en les adaptant et les modernisant. C’est ainsi que se voit enrichit l’existence des communautés, en leur insufflant inspiration et puissance créatrice.

SaHaD
(Article publié dans le Futé Magazine)